L’apologue N°3 – Avril 2013

 

J’abuse !

LETTRE AU MOTOCROSS MONDIAL

Je lance le HOLA

 

Nous sommes en 2013, le GP d’Italie, patrie du dirigeant du championnat du monde de MotoCross et du champion du monde vient de se terminer.  Quel bilan !  27 pilotes classés dans la catégorie reine en Mx1 et 32 en Mx 2 catégorie qui devrait être le vivier de la catégorie précédente ! Et tout ça après seulement 4 GP…et j’entends que l’avenir serait vers 20 épreuves…

Il me vient alors une appréhension sur la suite de la saison qui malheureusement se révéla juste et l’inconcevable se réalise au GP Suivant et découvrir seulement 20 pilotes derrière la grille dans la catégorie reine !.  Il n’y a que 20 pilotes capables d’être en mondial, précision ;  Il n’y a que 20 pilotes capables de répondre aux exigences financières de promoteur !

Constat cuisant d’un système mis en place,  échec sportif, par une volonté prioritaire affichée d’orienter le MotoCross vers une politique essentiellement basée sur le rapport de financement. Combien cela coûte, combien cela rapporte,  les avantages pour exporter un mondial, ou l’inconvénient de conserver ce mondial en « Europe ».

La politique DORNA jetant le bébé et l’eau du bain en 2002, c’est le repreneur Giuseppe LUONGO qui désormais gère les droits entres autres du championnat du monde de MotoCross. Il n’y a rien à redire sur sa légitimité, puisqu’il s’agit d’un accord avecla FIM, dans le but de promouvoir le MotoCross à travers le monde. Néanmoins…Ayant pratiquement l’age du premier championnat du monde et passionné d’autant d’années de MotoCross, constatant son évolution que je juge négative, alors qu’il n’a jamais autant été traité à la télévision sur les chaînes thématiques, et sur le net , et que les structures sont toujours plus belles, matériel, présentation, teams, il me parait nécessaire de développer ci-dessous quelques idées n’ayant pas la science infuse ce sont des pistes…et par autre chose qu’une  approche émotionnelle nostalgique.

C’était mieux avant ? Raisonnement   simpliste qui ne reflète qu’un aspect celui de  l’émotionnel et la nostalgie, ou d’une jeunesse perdue… Il ne faut pas oublier le nombre de pilotes abusés par leur équipe, le matériel, des contrats bidons, des circuits dangereux, des pilotes spoliés,  pas de réel projet dans le mondial,  les meilleurs étant dans les équipes estampillées pilote d’usine, les autres faisant les GP nationaux voire frontaliers…pour beaucoup la vie de pilotes de MotoCross étaient essentiellement gratifiante via les cross inter qui se multipliaient  au fil des ans! Bref entre les primes versées pour venir sur une épreuve, les primes versées au résultat, les championnats nationaux et quelques GP, un pilote international vivait de son sport. Si un pilote privé ayant la stature internationale, n’avait que peu de chance d’être sacré champion du monde, en revanche, il pouvait tenter sa chance en GP par le biais des qualifications.

 

 

 

1)   LES QUALIFICATIONS

Mais çà c’était avant ….

 

 

Qui aujourd’hui se souvient de ces qualifications comme ici à Brou en 1984 ? Les pilotes internationaux étaient à une époque sur une liste environ une dizaine parmi les principaux pays, proposés par les fédérations. On assistait à de vrais qualifications ainsi nous arrivions au départ d’un GP avec potentiellement une centaine de pilotes présents  pour les qualifications, cette année là à Brou environ 70 pilotes en 500cc ! Les chronos étaient l’arme absolue et en réserve si blessures par exemple,  quelques pilotes supplémentaires étaient près, des grilles pleines, et des pilotes motivés, avec à l’arrivée des primes au résultat !

Idée qui pourrait être appliquée :

Nous avons toujours connus deux catégories de pilotes en MotoCross, par le passé, les pilotes d’usines, et les privés, aujourd’hui les pilotes faisant partis de gros teams, et les autres moins structurés et moins riches. Deux catégories de pilotes au départ étant inscrit dans la longue vit du MotoCross il s’agit de gérer la situation afin que celle-ci ne cause pas de préjudice sportif au mondial.   La première catégorie de pilotes étant au sein des teams structurés, ayant les moyens financiers pour participer à tout le mondial,  sera l’ossature d’une année sur l’autre et une assurance de faire tout le mondial,  un peu ce qui se passe par exemple avec le cyclisme dont les meilleurs (et plus riches) équipes sont sélectionnées pour le tour de France. L’autre catégorie étant des pilotes internationaux qui feront les qualifications, sous réserve qu’ils fassent leur championnat élite national, car leur participation serait soumis à une proposition de la fédé nationale du pilote, cela permettrait, peut être alors à un retour de quelques pilotes nationaux en championnat de France, et de rendre ce championnat plus attrayant.  Il resterait également un choix pour l’organisateur et/ou le promoteur d’inviter « x «  pilotes mais qui passeront également par les qualifications et tenteront leur chance.  Enfin lorsque les qualifications seront effectuées pour ces pilotes, il sera organisé une course, pour le placement derrière la grille, avec tous les pilotes par exemple les 45 meilleurs.

Donc en résumé :

- 20 pilotes qualifiés d’office mais faisant les chronos pour la course derrière la grille ;

- 25 à 30 pilotes qualifiés au chrono, faisant ensuite la course pour la place derrière la grille.

Le nombre limité à 40 pilotes derrière la grille, si un pilote se blesse ou déclare forfait c’est le suivant qui fera le GP etc…il sera ensuite organisé en prélude du GP une éventuelle course B pour les pilotes non qualifiés, ainsi ces pilotes pourront une nouvelle fois montrer leur capacité si la chance ne fut pas au rendez vous des qualifications, et pourquoi pas donner une possibilité au vainqueur de cette course B à courir le GP.

Enfin les droits d’inscriptions doivent  être proportionnels et en rapport aux primes offertes, de façon à ce qu’une tentative de qualification soit accessible financièrement, et lorsqu’elle est positive, soit rentable. Il me parait important de se servir de choses qui fonctionnaient bien dans le passé, de les adapter au monde moderne, et de prendre ce qui marche actuellement , ma méthode sera identique pour les circuits et la télévision.

 

2)   La télévision

Les GP seraient inadaptés pour être diffusés sur les chaînes classiques, la confidentialité du MotoCross est hélas une réalité, et dans ce monde de protection de l’environnement il n’est peut-être pas simple de faire admettre le bien fondé d’un sport dont la recette est des motos 4 tps faisant du bruit pour des courses tracées dans des collines, des forêts des plaines, des stades…Bref le MotoCross pour le grand public n’est probablement pas le sport le plus facile à vendre, c’est possible, mais franchement il y a 30 ans on parlait moins d écologie et le nombre de courses à la TVn’était pas flamboyant.

Cependant je me souviens du GP de France 500cc disputé à Brou, diffusé je crois sur TF1 et au micro loulou Bernardelli,  un résumé de la première manche, et la seconde en direct !

Plutôt que de dénaturer le MotoCross en réduisant le GP à une seule manche,  ou cette année avec une superfinale,  je pense que nous pouvons garder la nature même de ce qu’est le MotoCross c’est-à-dire 2 manches et pourquoi pas ne diffuser alors qu’un résumé de la première et la seconde en live !  Ainsi l’éthique sportive sera conservée avec les deux manches et pourla TVdiffuser les deux secondes manches cela représenterait maximum deux heures d’antenne…Les GP du championnat du monde doivent conserver la structure, la culture et son l’histoire. Si on aime le MotoCross, on est forcément pour les deux manches,  la superfinale tentée cette année au Qatar est un leurre, qui rapidement supprimera le mx2, ce qui serait une grave erreur il faut deux catégories,  le mx3 étant depuis longtemps une catégorie artificielle, n’ayant aucun intérêt sportif et retombée commerciale, cette catégorie succédant aux 500cc n’aurait jamais du exister à l’instar de ce qui fut réaliser aux Etats-Unis.  L’évolution n’est synonyme de destruction ni d’utopie, il faut faire preuve de pragmatisme et cette épreuve au Qatar n’offrait pas une évolution favorable,  course en nocturne,  peut de participant donc superfinale, pas de public, et un circuit digne d’un supermotard…oui le circuit….parlons…ZAN !

 

3)   le circuit

Chaque année nous découvrons des circuits nouveaux, ils nous sont inconnus et pour cause ils n’existaient pas. Ces circuits sont créés de toutes pièces avec un cahier des charges qui ne peut pas être en adéquation avec un circuit de GP.  Une épreuve de MotoCross, c’est un circuit sur un terrain accidenté, avec de longues montées, de longues descentes,  des enchaînements, et comme on dit pour « les gros cœurs », un circuit « d’hommes ».  Tous ces circuits offrent, comme par exemple celui du Qatar, le même profil, circuit plat donc on place des bosses, des tables on crée une double trajectoire, on met des vagues, avec comme unique inspiration le supercross. Ce n’est pas ce qui doit être appliqué en mondial, des circuits il y  en a partout, l’histoire de notre sport cette faite sur des circuits,  qui au fil des ans, ont un prestige, succéder au palmarès d’une épreuve aux plus grands champions est un signe ! Gagner un GP sur un circuit qui disparaît et n’existe plus, circuit que j’appelle kleenex, c’est une victoire kleenex…

Le mondial doit visiter le monde, mais pourquoi tenter le diable via des destinations onéreuses qui n’apporteront rien pour le sport, ni pour les pilotes, ni pour les retombées,  faire un GP en Turquie, au Mexique, en Russie, alors qu’il n’y a pas de volonté, mais juste une opportunité financière comme au Qatar, c’est un gage de réussite pour le promoteur, pas pour le MotoCross mondial,  aujourd’hui je veux que l’on se batte pour un retour à Namur par exemple, car Bastogne malgré le travail énorme du club ne pourra jamais rivaliser ni avec le profil, ni avec l’histoire de Namur devenu légendaire !  et bien entendu nous devrions avoir un GP aux Etats-Unis qui doit être le Phénix du mondial, Un sommet, une montagne un GP des Etats-Unis oui !

4)   le Grand Prix des Etats-Unis

Les dernières tentatives ont échoué, et pourtant le site magnifique de Glen Helen était superbe, circuit énorme, une vraie spécificité pour le mondial et pourtant cela n’a pas marché. Pourquoi ? Je me suis déjà exprimé la dessus, mais puisque « j’abuse » il me parait intéressant d’y revenir.  Cela n’a pas fonctionné, car les meilleurs ricains étaient absents, et ils étaient absents car leur calendrier est complet, ils ne seront pas payés pour cette épreuve, le choix entre le risque de se blesser et de rater le championnat outdoor, est présent. Donc il faut changer. Imaginons, rêvons de l’élite mondiale à REDBUD s’envoyant la Larocco’s leap (photo ci-dessus).

Mon idée est d’associer l’ouverture du championnat américain outdoor au GP des Etats-Unis, c’est-à-dire à titre exceptionnel pour cette épreuve, unifier les deux championnats réunis, ainsi les « ricains » feront leur qualifications,  les « européens » feront leur qualification et les 20 premiers de chaque catégorie feront la course !  si Cairoli fait 1 et 1 devant Villopoto il marque50 ptsen mondial et 50 en outdoor, et Villopoto faisant 2 et 2 il marque alors 44 points en mondial et idem en outdoor. Cette solution serait énorme, car pour la première fois nous aurions les deux championnats réunis sur une seule épreuve, qui en plus serait le lancement du championnat outdoor aux usa, et un GP fantastique avec autant en 450 qu’en 250 tous les meilleurs pilotes au monde, défendant leur intérêt en championnat et donc ne gérant pas la course comme cela peut se produire parfois au mxdn…Je pense que le promoteur doit travailler à 300%  cette idée et alors il aura peut être une reconnaissance sur sa gestion du cross mondial.

 

5)   le championnat de France

J’en ai parlé un peu plus haut, l’évolution du MotoCross professionnel oblige nos meilleurs pilotes à s’exporter dans des teams étrangers, et l’intérêt de ces teams outre le mondial est pour les sponsors de faire briller les couleurs dans le championnat national où se trouvent les sponsors. Voir Frossard briller en Italie c’est bien mais j’aimerai le voir briller en France, le championnat de France amputé de ces meilleurs éléments, n’a pas la qualité, la reconnaissance, et les retombées qu’il mérite.  Une idée était faite cité plus haut via les qualifications de GP, de faire en sorte que seul les pilotes faisant le championnat national seraient inscrits (en dehors de ceux dont les teams sont puissants), mais la contrainte est difficile. Peut – être étendre un championnat français vers quelques épreuves en Italie, Angleterre, Allemagne, Belgique…

Et puis la fédé a sûrement des éléments, car si nos meilleurs français partent à l’étranger, il y a peu d’italien, anglais, belges etc. faisant notre championnat …

Et pourtant, la présence de Clément Desalle ponctuellement sur une épreuve française alors que s’ouvre son championnat national, est certainement un élément de réponse…si l’un des meilleurs pilotes au monde, vient faire une épreuve, c’est que sportivement et financièrement il s’avait que cela lui était favorable….A suivre ?  ne revenons nous pas à cette épreuve internationale de MotoCross avec une tête d’affiche  que nous vivions il y a quelques années avec en France une centaine d’épreuve ?  le championnat de France dans sa configuration a-t-il un sens ?,  le champion de France ne devrait il pas être le meilleur classé en mondial ?  Paulin ? Musquin aux us ?  Ne serait il pas venu le temps de créer un championnat national plutôt sous la forme de ce qui se fait en tennis, avec des points marqués ici ou là dans diverses épreuves et par exemple imposé une fois au final l’obligation à tous de faire la dernière épreuve ?  Il y a des orientations nouvelles selon moi, l’évolution du MotoCross doit préserver son âme et ne pas dénaturer sa culture, le sport doit être équitable et le champion indiscutable. Je crois en notre sport  il évoluer différemment qu’actuellement si vous partagez cela n’hésitez pas à le dire !

Petit rajout…

En rentrant de l’épreuve Elite de St Jean d’Angely, j’ai la conviction que ce championnat ne peut perdurer ainsi, 3 manches et terminé tout le monde rentre à la maison, ce n’est pas ainsi que le motocross attire les foules.  Tout dabord la première manche mx2, fut l’image de celles disputées avant, c’est a dire les 3 premiers tours effectués et hop les positions restent acquises …idem en mx1….De plus la Finale A qui offre 1 point à tout le monde, n’a aucun intéret, l’objectif étant de ne pas se blesser ni casser du matériel ! On va retrouver au moins 100 pilotes classés, ce qui ne représente pas d’intéret , enfin la superfinale, qui n’est en fait que la seconde manche du mx1 et mx2, c’est comme en mondial aucun intéret puisque en dehors de Ferrandis (herlings) tous les 450cc sont devants…il faut réformer cette épreuve,  offrir plus de manches, 2 en mx2 et 2 en mx1  et  éventuellement une superfinale, et une autre épreuve je suis pour le side car cross international associé aux épreuves de l’élite !  mais je n’invente rien, en fait on retrouverait ce qui existait déjà, avec les motocross inter des années 70/80. Le public veut du spectacle, de l’action, de la pression …

 

Convaincre

L’apologue, n’est pas obligatoirement réaliste, mais oblige au passionné qui le lira à s’exprimer sur les forums,  débattre, exposer, argumenter, développer la philosophie de ce billet…et qui sait ? Peut être que l’idée fera son chemin, sera reprise par quelques uns, débloquera la situation et un jour ….

 

 http://memotocross.fr/