Mx 2013 – Ame d’historien !

 

enlarge penis size naturally

Bonjour

Je ressens aujourd’hui l’envie de dresser un bilan en cette fin de championnat du monde motocrossiste 2013.

Comme chaque année nous avons vécu la compétition avec son lot d’émotions:

Sur le terrain j’ai pris du plaisir et de l’excitation à Ernée, dramatique à St Jean,  de la frustration à Iffendic…Le bilan sportif brut est presque secondaire.  Si la course est belle il n’y a chez moi que peu d’importance que Cairoli l’emporte Desalle ou Paulin (enfin lorsque c’est un français ca fait quand même un p’tit bonus au coeur !). 

Ce constat de l’ année mx 2013 est   »philosophiquement conjoncturel et sociétal »  houps (!).  Le développement de mon argumentaire prend sa source sur les hauteurs Alpestres du nord de l’Italie de ce cher, trop cher !  monsieur Luongo, et du célèbre adage « la montagne a accouché d’une souris ».  Ses tentatives grandeurs natures sur les GP overseas, des années de pistes bordées de filets verts destructeurs pour la course, de GP avec une super-finale, d’obstination pour organiser un  GP dans l’enceinte d’un autodrome, le coût financier exorbitant exigé pour les organisateurs, l’argent demandé qui dépasse la mesure pour les teams et pilotes, les annonces illusoires d’une saison sur l’autre d’une révolution sur le calendrier des GP…Enfin la volonté d’aptapter le motocross à un format « plus vendeur » aux médias et particulièrement aux grandes chaines de télévision, avec pour objectif  une retransmission d’une course en direct, n’est pas sans conséquence pour la compétition si l’on aime, comme je l’aime , l’esprit du motocross, sa tradition et son histoire. 

Lorsque l’on parle tradition, ou histoire du motocross, certains penseront  »nostalgie » « conservatisme » « rétrograde »,  loin de moi cette idée. Il me semble qu’entretenir la tradition et l’origine, c’est conserver en mémoire l’histoire du motocross, qui n’est pas en opposition avec les évolutions de notre sport favori.  Toutes les orientations de modernisation des terrains « naturels »,  par l’adaptation de la piste aux évolutions mécaniques, aux techniques de pilotage, à la sécurité des pilotes et du public, à l’accueil du public, l’accueil des pilotes, ou l’accueil VIP, ne sont pas en contradiction avec la tradition et l’histoire du motocross.  Il n’est pas dans mon esprit de rester figé aux années 70, il serait ridicule de militer et de mettre en opposition un départ à l’élastique à celui d’une grille, des majorettes aux monster girls, une organisation professionnelle à un motocross de kermesse au programme  non respecté finissant à la tombée du jour, qu’aurai-je à défendre ? Cependant doit on systématiquement être négatif  lorsque l’on   réforme, on modernise on restructure ? Assurément non. 

En parcourant cette année de Grand-Prix, je constate que figure toujours, malgré les échecs, un certain nombre  de circuits éphémères, naissant pour l »épreuve, expirant à la fin de celle ci,  sur un terrain plat, offrant des obstacles répétitifs inspirés du supercross. Circuit ou sites qu’y n’ont pas d’histoire ni même de tradition motocross,  le comble étant l’organisation dans un autodrome qui, définition du Larousse  : est un endroit pour les essais et les courses automobiles – no comment. 

J’aime à défendre ce qu’y m’émerveille lorsque je suis sur un terrain de motocross, voir ces montées,  ces descentes, ces enchainements, un circuit large, tracé à flan de coteau, taillé dans la colline, offrant un spectacle à couper le souffle au public, par 40 pilotes exploitant ainsi au mieux leurs qualités physique, technique et morale.  Je parlais de la hauteur alpestre, je ne peux passer sous silence, la montagne financière que représente une participation à un GP et plus largement à une saison en mondial pour les teams, et donc des pilotes obligeant ceux ci à exercer leur passion professionnellement…en payant !  La boucle serait elle bouclée ? La tradition des années 70/80  permettaient aux meilleurs de faire le mondial en intégralité, la stature de pilotes estampillés  »pilotes d’usine »  et les  »autres »  avec le label  pilote privés » tentaient leur chance via les GP frontaliers ou nationaux…ainsi d’être repérés par les usines et importateurs, l’ascenseur social fonctionnait. 

Tradition ?   les pilotes privés avaient leur chance !  Des qualifications ouvertes permettaient la participation au Grand-Prix, ce n’est plus le cas. Depuis la suppression des qualifications il n’est plus envisageable à un pilote privé de tenter l’aventure. Ce n’est pas la machine 4 temps qui lui permettra de tenter la participation, mais la machine à billets…Conséquence un nombre restreint de pilotes derrière la grille, nombre de pilotes qui n’a jamais été aussi faible depuis 40 ans  et plus grave, en constante diminution. Jamais dans l’histoire du motocross,  il fût nécessaire de cacher en partie la grille, afin de dissimuler la réalité de la pauvreté participative…La tradition obligeait parfois à placer les pilotes sur deux lignes… 

L’esprit critique de la situation actuelle de motocross,  c’est avant tout un état d’esprit impliquant la culture du motocross.  Internet permet l’expression et la diffusion de cet état d’esprit. Certains passionnés, sentant la tradition bafouée se sont découverts une âme d’historien. La création de mon site* afin de conserver en mémoire tous les palmares les circuits les pilotes…a permis de retrouver d’autres passionnés, qui ont eux aussi, possèdent cet état d’esprit, un lien nous associe pour partager les valeurs du motocross aujourd’hui en danger. 

Avec cette orientation du monde des Grand-Prix, quelques uns mettent en avant les historiques pour concerver en mémoire la tradition du motocross et c’est naturellement et sans amertume qu’une ame d’historien est née. la culture du motocross c’est connaitre la chronologie des évênements, l’histoire sacrée ou de sacrées histoires, les temps historiques,  la légende, histoire ancienne ou comtemporaire ….l’histoire …Oui en cette année 2013 on ne possède plus que jamais l’âme des historiens !

* Sites références  

 http://memotocross.fr/

c’est le mien !   Gilou et mes potes

http://motocross-history.com/

Tony et ses potes

http://www.legrenierdejeanpol.com/

Jean-Pol et ses potes

A signaler sur le site Jean-Pol il a sorti un petit dvd à ne pas manquer !

 

 

 

 

 

Un commentaire pour “Mx 2013 – Ame d’historien !”

  1. La photo le texte !!!!! toujours a la hauteur et toujours agreable a lire, ça me manque tout ça !!!!

    Continue à « nous » faire réver ……….